5 compétences utiles pour faire de la reliure

Dans mon précédant article, je vous proposais une sélection d’ouvrages pour apprendre la reliure en autodidacte. Mais cela ne vous aura certainement pas échappé, ces derniers parlent uniquement de reliure, pure et dure : comment coudre des cahiers, comment assembler la couverture, etc. Or, si vous voulez vous lancer vous vous apercevrez vite que l’embellissement de votre livre nécessite d’autres compétences, parfois bien spécifiques.

Je vous en propose aujourd’hui cinq exemples.

1/ La connaissance et le travail de votre papier

C’est un peu une évidence, mais bien connaitre son papier, son épaisseur, sa texture, sa réaction à l’humidité, à l’encre ou à la peinture, vous aidera grandement et vous évitera quelques désastres, comme des pages intérieures toutes gondolées à cause de votre colle trop humide (oui, je parle de vécu !)

Par ailleurs, le papier peut être un véritable terrain de jeu créatif : rien ne vous empêche de créer un effet parchemin en le plongeant dans du thé, de créer des effets de relief sur votre couverture en superposant plusieurs découpes de papier/carton, ou encore de réaliser tout un livre pop-up.

Un exemple de mini livres pop-up

2/ La linogravure

La linogravure est une technique d’impression qui consiste à graver une plaque de linoleum à l’aide de gouges. On encre ensuite cette plaque et on presse le papier dessus.

Très prisée en art, cette technique peut vous permettre de reproduire des motifs à l’infini, ce qui est très pratique si vous souhaitez recréer des carnets à l’identique, ou bien en alternant les couleurs mais en conservant le même motif, par exemple.

L’artiste Taka utilise ici la linogravure pour embellir ses carnets.

3/ La marbrure (réalisation de papier marbré)

La marbrure est une technique de peinture qui est utilisée notamment pour la réalisation de pages de gardes. Le papier marbré peut également venir embellir une couverture, un coffret, une boite, etc. Certains réalisent même des boules de Noël à suspendre au sapin et plein d’autres objets déco !

Sur le principe, la technique est assez simple : dans un bac remplis d’eau que l’on aura épaissis (à l’aide de colle à papier peint, par exemple), on répartira aléatoirement quelques gouttes d’encres grasses. Celles-ci vont flotter en surface, sans se mélanger à l’eau.

On appliquera ensuite délicatement une feuille de papier sur la surface en veillant à ne pas laisser de bulle d’air. Puis on retire la feuille : l’encre se sera imprimée sur la surface du papier.

L’artiste Firdevs fait de ses marbrés de véritables œuvres d’arts

4/ Le travail du cuir

Si vous souhaitez réaliser de beaux grimoires reliés avec du cuir, apprendre à travailler cette matière vous sera indispensable.

Toutefois, si vous voulez vous lancer là-dedans, gardez à l’esprit que travailler le cuir est un métier à part entière. Cela implique donc qu’il y a beaucoup de choses à connaitre et que vous ne deviendrez pas un maitre dans l’art de travailler le cuir du jour au lendemain.

Pour commencer, il vous faudra apprendre à bien le choisir en fonction de votre projet, à l’apprêter, à l’entretenir. Ensuite, vous pourrez le peindre s’il est brut, le repousser pour créer des motifs en relief, et plein d’autres choses !

Heureusement, vous pourrez trouver sur Internet une mine de ressources pour tout cela, y compris en Français. Bref, amusez-vous !

Un exemple de livre relié en cuir, par Velimira.

5/ La dorure

Vous aussi, vous rêvez de beaux ouvrages qui brillent de milles feux (#chattoyance) ? Et bien la dorure est la compétence qui me mets le plus en galère, tant elle me donne du fil à retordre !

Sur le principe, elle est pourtant très simple : on applique sur la zone que l’on souhaite dorer un arrêt, puis on vient avec un fer chaud appliquer le motif souhaité (dorure à chaud).

Problème, ces fers coûtent une BLINDE. Minimum 200€ l’unité.

Donc boooon… Je me suis tournée vers d’autres techniques de dorure moins coûteuses comme le foil ou la feuille d’or. Je compte tester également l’embossage à chaud, méthode prisée dans le domaine du scrapbooking. Mais pour le moment, aucune de ces techniques-là ne m’a réellement convaincue : les motifs étaient ratés ou ne tenaient pas…

Voilà pour les 5 principales compétentes annexes qui peuvent être utiles en reliure. La liste n’est bien sûre pas exhaustive, et si d’autres me viennes à l’esprit, j’en parlerai certainement dans un prochain article !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *