Fantasy

Shadow and Bone

 

 

Genre : Fantasy / Young Adult

Création : Eric Heisserer
D’après les romans Grisha et Six of Crows de Leigh Bardugo
Production : Netflix

 

8 épisodes de 50mn.

Saison 1

 

 

 

Alina est une jeune orpheline devenue cartographe au sein de l’armée afin de rester auprès de Mal, son meilleur – et unique – ami. Mais lors d’un voyage à travers le Fold, immense mur de ténèbres brumeuses, sa vie va basculer.

 

Catégories : ,

 

Aline a vécu une enfance difficile au sein d’un orphelinat. Devenue adulte, elle met ses compétences de cartographe au service de l’armée, afin de rester auprès de Mal, son meilleur et surtout unique ami. Le régiment dans lequel les deux jeunes gens sont engagés doit traverser le Fold, un immense mur de ténèbres qui sépare Ravka en deux.

Pourquoi cette traversée ? Là… J’avoue que je ne sais pas. L’information a très certainement été donnée au cours d’un dialogue, mais comme il devait s’agir d’une petite phrase au milieu de milliers d’autres informations données par le premier épisode, elle m’a complètement échappé…

Car oui, Shadow and Bone est extrêmement dense, tant au niveau de son univers considérablement développé que de son scénario qui regorge de nombreux personnages. De fait, cette série est l’adaptation sérielle de deux sagas littéraires signées Leigh Bardugo : la trilogie Grisha et la duologie Six of Crows.

Cinq romans d’un côté, huit épisodes de l’autre (une saison 2 semble clairement prévue étant donnée la fin)… accrochez-vous ! Car il faudra très vite intégrer la situation géopolitique si vous voulez comprendre les motivations des personnages et ainsi apprécier leur profondeur… Ou presque.

La situation du royaume de Ravka, ainsi coupé en deux par le Fold, n’est pas sans rappeler le Rideau de Fer qui a jadis coupé l’Europe. Les noms, les décors et les costumes sont clairement d’inspiration Empire russe, mais les ressemblances s’arrêtent là. En effet, le Fold n’est pas le résultat de tensions politiques ; il est né de la folie vengeresse d’un seul homme.

Là… on en arrive au point qui m’aura un peu déçu : les personnages secondaires sont intéressants, mais l’héroïne et son antagoniste sont très manichéens. Elle, est lumineuse, pure, et considérée comme une sainte. Lui est… juste un méchant. Les scénaristes ont bien tenté de lui construire un background destiné à le complexifier, mais je n’ai pas le sentiment que cela fonctionne vraiment. Tout ce que j’arrive à voir dans ce personnage, c’est un connard qui fait des trucs de connard, totalement égoïstes et gratuits. – Après, je n’ai pas forcément bien compris les tenant et les aboutissants du contexte géopolitique, du coup, peut-être que ses motivations m’échappent simplement.

Autre problème, c’est que le scénario avance beaucoup trop vite. C’est particulièrement flagrant lorsqu’Aline s’enfuit du château. Le revirement du personnage à ce stade est tellement rapide qu’il parait dépourvu de toute crédibilité. Pourtant si on prend le temps d’y réfléchir,on réalise que si, finalement, le personnage reste cohérent. Mais tout va tellement vite que l’on est totalement déboussolé !

En résumé, j’ai trouvé cette série intéressante à regarder mais très complexe à comprendre en raison de son univers très riche et de son scénario très dense. Cette première saison aurait mérité bien davantage que ses 8 épisodes. Espérons que l’audience sera au rendez-vous afin de convaincre Netflix d’aligner des billets pour un scénario de saison 2 plus étoffé !

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Shadow and Bone”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *