Jeux de plateau

Villainous

 

Auteur : Prospero Hall
Editeur : Ravensburger

 

2 à 6 joueurs

 A partir de 10 ans

Durée moyenne d’une partie : 40 à 120mn

 

Existe-t-il des extensions de ce jeu ? Oui

 

 

Ma note :

 

Catégories : ,

 

Un jeu qui propose d’incarner un Méchant Disney et être déclaré le plus Méchant de tous les Méchants ? Voilà qui vend du rêve !

J’ai résisté pendant presque un an avant de céder et de me l’offrir en décembre dernier. La lecture des règles m’a laissé dubitative, et les deux parties jouées ont confirmé mon impression : je trouve ce jeu assez mal pensé, mais surtout mal équilibré.

Principe du jeu

La prise en main du jeu est très simple et rapide. L’éditeur propose même une explication vidéo des règles, pour démarrer encore plus vite.

Chaque joueur va incarner un Méchant. Il aura devant lui son propre plateau, son propre deck (divisé en deux tas avec d’un côté les cartes noires qui vont nous aider, de l’autre, les cartes blanches qui sont censées nous mettre des bâtons dans les roues) et son objectif personnel qui restera toujours le même, quelles que soient les parties.

Notre plateau de jeu individuel est divisé en plusieurs lieux. A notre tour, nous allons devoir déplacer notre personnage d’un lieu à un autre et effectuer des actions dans le but de remplir notre objectif avant les autres joueurs.

Mécanique du jeu

Ce que je n’ai pas aimé, dans ce jeu, c’est que nous nous retrouvons à jouer chacun de notre côté, sans vraiment toujours bien comprendre où en sont nos voisins dans la réalisation de leur objectif.

Les interactions avec les autres joueurs se limitent à tirer leur cartes blanches pour en appliquer les effets. Elles sont censées freiner la progression, mais, selon le Méchant que l’on incarne, elles ne sont pas si gênantes que cela. Au contraire, elles peuvent même être indispensable à la réalisation de notre objectif.  En cela, je trouve la mécanique vraiment mal pensée car très déséquilibrée selon le personnage joué.

Autre point que je trouve fort regrettable : la réalisation de notre objectif dépend moins de notre stratégie que de notre chance à piocher les bonnes cartes. Si on joue Crochet, par exemple, et que la carte dont on a absolument besoin pour notre objectif est à la fin du deck, on est mal barré… Mais si elle est au début, on peut facilement plier l’objectif en quelques tours et les autres joueurs ne pourront pas nous contrer.

En ce qui concerne les contraintes imposées par les cartes blanches ou les verrous, je ne les ai pas trouvés si gênants que cela. J’ai passé toute une partie en tant qu’Ursula avec mon quatrième lieu verrouillé, et cela ne m’a absolument pas gênée le moins du monde, au point que je me suis demandé si je n’avais pas loupé quelque chose dans les règles (parce que bon, à ce compte-là, autant ne pas créer de quatrième lieux sur le plateau, cela aurait été plus simple)…

Enfin, le jeu manque de fluidité (dû au manque d’interactions), particulièrement si l’on joue nombreux. Il est difficile de suivre les actions de tout le monde et il est possible que l’on s’ennuie en attendant notre prochain tour.

En résumé

En bref, j’ai trouvé la mécanique du jeu extrêmement déséquilibrée d’un personnage à l’autre. Le jeu manque cruellement d’interactions entre les joueurs, à tel point qu’on pourrait presque y jouer seul. Sauf qu’il n’y aurait pas grand intérêt à cela puisque nous jouons avec toujours le même objectif et toujours les mêmes cartes, ce qui rend l’interêt à rejouer quasi nul une fois que l’on connait bien un personnage.

Pour moi, ce jeu a été une grosse déception, et ne vaut pas son prix neuf. S’il vous intéresse, je vous conseille vivement de le tester avant d’envisager tout achat.

 

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Villainous”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *