Se lancer dans la reliure

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, notamment Twitter et Instagram, vous avez sans doute remarqué que depuis quelques semaines, je me suis lancée tête baissée dans des projets de reliure. Je me dis qu’il est temps d’en parler plus longuement à travers un billet.

Un intérêt de longue date

C’est lors d’une sortie scolaire, alors que je devais avoir 7 ou 8 ans, que j’ai découvert l’univers de l’imprimerie. Notre classe s’est rendue dans un atelier situé à peine 200 mètres de notre école, et qui devait fermer définitivement quelques semaines plus tard.

L’atelier était très ancien et les imprimeurs y composaient encore avec des caractères mobiles en plomb. D’ailleurs, à la fin de la visite, l’imprimeur nous a offert à chacun l’un de ces caractères mobile. J’ai conservé le miens pendant des années jusqu’à ce que malheureusement, je finisse par le perdre.

Bien des années plus tard, en cinquième, j’ai eu le courage de montrer à ma prof de français les textes que j’écrivais. Ce fut sans doute la meilleure idée du monde. Car cette prof prévoyait un voyage scolaire d’une semaine à Montolieu avec une autre classe, et, lorsqu’une place s’est libérée, elle me l’a proposée.

Lors de ce voyage, j’ai appris énormément de choses sur le livre, l’histoire de l’imprimerie, ses techniques, la fabrication (artisanale) du papier, l’art de l’enluminure et de la reliure. Tantôt nous visitions le musée, tantôt nous participions à des ateliers créatifs proposés par des artisans du livre. C’était l’éclat’, une semaine de pur bonheur <3

La même année, cette même prof nous a demandé de lire Harry Potter et la Chambre des secrets. La suite, vous la connaissez sûrement car j’en parle souvent : j’ai découvert les fanfictions et fondé le site Harry Potter Fanfiction sur lequel les gens pouvaient publier leurs textes.

Quand est venu le temps des choix d’orientation, j’ai fortement hésité entre deux voies : celle du web et celle de l’édition. Malheureusement, nous étions dans les années 2000 et il n’existait pas vraiment de formation pour devenir Webmaster. Et l’informatique général m’emballait moyen, d’autant que ces formations-là exigeaient de solides bases dans les matières scientifiques (mes plus déficientes).

Je me suis donc rabattue sur l’édition et, après bien des cahots, j’ai intégré un BTS édition en 2010, dans l’idée de devenir éditrice.

C’est lors de cette formation, assez générale, mais aussi très technique que j’ai découvert le métier de Technicien de fabrication.

Pour vous résumer très grossièrement, le technicien de fabrication, c’est celui qui, au sein de la maison d’édition, va faire en sorte que le projet conçu par l’éditeur devienne un vrai livre, tout beau et sans malfaçon. Sous la direction de l’éditeur, il conçoit le livre en tant qu’objet.

Diplôme en poche, c’est en tant que Technicienne de fabrication que j’ai d’abord cherché du boulot. Autant vous dire que fabriquer des livres, c’est mon kiff.

La reliure : où se former

Quelques mois avant de passer notre BTS, une amie m’a demandé de l’accompagner à Paris : Elle souhaitait se renseigner à propos d’une formation de relieur à l’école Estienne.

Cette formation ne semble plus exister aujourd’hui, visiblement remplacée par un DNMAD (Diplome National des Métiers d’Art et du Design) Reliure.

Sans aller jusqu’aux études, il est possible de trouver des stages proposés par des artisans et artistes relieurs, comme l’atelier Kolibri à Lyon ou encore l’Atelier de reliure à Grenoble

Pour ma part, c’est en tombant sur les créations que NerdForge et plus particulièrement cette vidéo que j’ai eu envie de me lancer dans l’apprentissage autodidacte.

Pour acquérir les bases, deux choses m’ont été utiles :

Les cours vidéos proposés par Martina
Les ouvrages dédiés à la reliure, particulièrement celui-ci

Pour le travail du cuir, les tutoriels et explications de Decocuir sont également très utiles.

Le reste, c’est de la pratique et de l’expérimentation, avec leur lot de réussites et de fails. Je viens à peine d’achever mon second projet, et je sens que j’ai encore beauuuuucoup à apprendre !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *